L’histoire de Picsou Magazine

Cela fait maintenant 48 ans que Picsou Magazine se retrouve dans nos librairies , et ce , avec toujours autant de succès. Véritable madeleine de Proust pour votre serviteur et pour de nombreux lecteurs, cet article est l’occasion de revenir sur le succès de ce magazine au travers des décennies et sur les différentes évolutions qu’il a connu au fil des années.

Apparu pour la première fois dans une aventure de Donald nommé « Le Noel de Donald », Picsou ( Scrooge en anglais en référence au conte de Dickens ) sera d’abord un personnage secondaire de aventures de Donald, puis, sous l’égide de Carl Barks il héritera de ses propres histoires avec le développement de tout un univers autour du personnage. Cette première histoire nous permet de connaître le caractère de l’Oncle Picsou, notamment sa radinerie et son aspect grincheux, la seconde histoire où il fera son apparition  »Le secret du vieux château « donnera au personnage un aspect plus aventureux, avec des récits proches de l’esprit Indiana Jones, avec bien souvent la recherche d’un trésor.

Page tirée de la première apparition de Picsou  »Le Noel de Donald » en 1947.

La popularité grandissante du personnage lui permettront d’obtenir en 1952 son propre magazine, toujours sous la coupe de Carl Barks. Ce dernier écrira les 70 premiers numéros avant de prendre sa retraite en 1966. Après son départ , le magazine continuera d’alterner entre la publication de nouvelles histoires écrites par de nouveaux auteurs ( Vic Lockman , Pete Alvarado, etc ) et la réimpression d’anciennes histoires de Barks , toujours aussi populaires.

Le premier comic book exclusivement dédie au personnage de Picsou, publié en mars 1952.

Les publications de Picsou feront aussi leur chemin en dehors des Etats-Unis et surtout en Europe où chaque pays aura sa propre vision du personnage, ce sera notamment le cas en Italie où dès la fin des années 40 alors que le personnage vient à peine d’être crée , un auteur va s’approprier le personnage. Cet auteur c’est Guido Martina, et il signera entre 1949 et 1985 plus de 1200 scénarios mettant en scène des aventures de Mickey, Donald et Picsou. En effet , la fameuse maison d’édition italienne Mandadori a commencé par traduire des histoires émanant des licences Disney en 1932 et a même lancé Topolino, le premier périodique au monde utilisant des personnages Disney, bien avant le Mickey Mouse Magazine.

Cette maison d’édition ne cantonnera pas seulement à la traduction, mais publiera aussi ses propres histoires et c’est là qu’intervient Guido Martina. Quasiment seul scénariste des histoires Disney pour Mandadori , il donnera au personnage de Picsou un caractère différent, plus proche de l’escroquerie que de la radinerie. Il mettra aussi des côté les récits d’aventures pour se concentrer sur des histoires de disputes entre Picsou et Donald et de nombreux quiproquos. Il utilisera aussi des personnages de l’univers de Mickey comme réinterprétation de certains grands classique de la littérature. Notons malgré la création du personnage de Fantomiald, le penchant héroïque de Donald Duck qui s’inspire notamment de Diabolik, célèbre héros de bande dessinée italienne. Un autre auteur italien, Romano Scarpa accentuera encore plus l’aspect coquasse des intrigues de Picsou, en créant le personnage de Brigitte McBridge , la compagne de Picsou que ce dernier tente d’éviter sans cesse.

L’Italie ne sera pas le seul pays européeen à proposer sa propre version des aventures de Picsou, ce sera aussi le cas pour les Pays-Bas qui, dans les années 70 publient des aventures de Picsou dans un comics hebdomadaire nommé  »Donald Duck ». Plutôt mécontent de la qualité des histoires écrites à cette époque, Daan Jippes, choisira plutôt de publier à nouveau des histoires de Carl Barks et demandera à ses auteurs ( notamment Fred Milton ) d’écrire des histoires qui dans le style de Barks. Le travail de Daan Jippes sera très apprécié par les fans du personnage , surtout pour sa fidélité envers le style de Barks, on lui demandera même dans les années 90 de dessiner à nouveau des histoires écrites par Barks mais dessinés par d’autres dessinateurs à l’époque.

Alors que le Journal de Mickey existe depuis 1934 ( ce qui en fait la plus ancienne publication dédié à la jeunesse encore en activité ) c’est seulement en 1972 que Picsou héritera de sa propre publication sous forme de magazine, un magazine mensuel, à la différence du Journal de Mickey qui lui est hebdomadaire. Un magazine qui s’apparente à première vue comme une version française du magazine italien Almanacco Topolino lancé en 1957. Le magazine est alors crée et imaginé par François Langrognet, qui a déjà par le passé traduit le récit du Livre de la Jungle pour Disney. La création de ce magazine intervient au moment où les affaires vont mal pour Disney sur le marché français, Le journal de Mickey étant éclipsé par la popularité grandissante du magazine Pif Gadget. Picsou Magazine sera alors un mélange entre Almanacco Topolino et Pif Gadget.

L’annonce de la création de Picsou Magazine dans un numéro du Jounal de Mickey

Picsou Magazine s’inspirera de Pif Gadget en proposant un gadget et ce , dès le second numéro avec notamment le fameux sou fétiche de Picsou. Mais les gadgets se feront rares dans un premier temps, n’apparaissant que tous les huit numéros. La majorité des histoires publiées dans Picsou Magazine jusqu’au début des années 80 seront des histoires italiennes, traduites depuis son modèle d’inspiration Almanacco Topolino mais aussi des histoires émanant du « Studio » c’est à dire écrites par des scénaristes américains et ensuite dessinés par des dessinateurs argentins et italiens pour le marché européen et sud-américain. Dès le numéro 65 cependant, le supplément est de taille car il s’agît du premier exemplaire de Super Picsou Géant qui propose un supplément d’histoires pour le lecteur. Ce supplément deviendra un magazine à part entière en 1983.

Le premier supplément de Picsou Magazine, Super Picsou Géant publié en juillet 1977.

C’est en 1987 que la formule de Picsou Magazine évolue, en proposant désormais plusieurs rubriques dédiés à la jeunesse, on y retrouve des informations sur le cinéma, télévision et jeux vidéos. Les histoires proposés se concentrent désormais sur les habitants de Donaldville , celles mettant en scène Mickey se retrouvent alors en priorité dans le Journal de Mickey. Mais surtout les gadgets, dès le numéro 200 sont présents à chaque numéro , ils sont plus élaborés et de plus en plus ludiques, pistolets à eau , etc ….Le magazine change de logo et les couvertures sont désormais dessinés par Patrice Croci, transfuge de Pif Gadget. Cet élan intervient à ce moment précis car un nouveau dessin animé mettant en scène Picsou vient tout juste de faire son apparition, il s’agît de La bande à Picsou ou Duck Tales en version originale.

Dès la fin des années 80 l’accent au niveau des histoires est mis sur l’aventure et sur les histoires originales de Barks, que l’on republie , accompagné d’autres histoires écrites par d’autres auteurs mais dans le même esprit. Par la suite, la ligne éditoriale de Picsou Magazine sera toujours très lié avec la vision qu’avait Barks du personnage.

Cependant, depuis la fin des années 1980, un auteur est en train de révolutionner le personnage crée par Carl Barks , il s’agît de Don Rosa. Ce dernier, décide dans un premier temps de considérer seulement les histoires écrites par Barks , il les intègre dans sa continuité et n’utilise pas les méchants créés par les auteurs européens. Il situe aussi chronologiquement les histoires de ces personnages, ces dernières se déroulant dans les années 40 à 60. Don Rosa trouvera le parfait mélange entre déférence au matériel original de Barks et innovation, c’est à lui que l’on doit les plus belles histoire de Picsou de cette fin de siècle. Le plus bel exemple de sa réussite sera le succès au combien mérité de sa réinterprétation des origines de Picsou dans le magnifique  » La jeunesse de Picsou ».

Ce récit culte sera publié en France à partir de 1994 dans Picsou Magazine mais sera plus tard republié dans un hors série de Picsou Magazine nommé  »Les trésors de Picsou « , le succès sera tel que ce hors série deviendra une série à part entière dans laquelle on retrouvera à chaque numéro une sélection des meilleurs histoires du personnages avec à chaque fois une remise en contexte. Entre 2016 et 2018 le magazine a publié à nouveau le récit culte de Don Rosa  » La jeunesse de Picsou  » agrémenté de commentaires de l’auteur et d’autres histoires l’ayant inspiré.

Le premier hors-série des Trésors de Picsou publié en avril 1998.

Durant les années 2000 et 2010 , la seule innovation sera sous le signe de l’humour absurde avec l’inauguration du supplément nommé Coin Coin, un supplément qui ne fera d’ailleurs pas long feu. Ce qui primera ce seront les rubriques dédiés à la jeunesse et surtout la qualité des histoires proposées et bien sûr le gadget. Néanmoins cette tradition s’arrêtera en avril 2019, ce qui marque un sacré tournant pour le magazine. En effet dans un soucis de transition écologique le gadget en plastique est abandonné et remplacé par trois cadeaux en papier ( autocollants , posters , etc ). Mais ce n’est pas le seul changement car avec cette nouvelle formule, le magazine passe de 148 à 304 pages dont 240 pages de bandes dessinées, une augmentation de contenu qui n’est pas négligeable.

Le numéro 542 avec sa nouvelle formule augmentée .

Le succès de Picsou Magazine est encore éclatant, le magazine résiste aux décennies mais surtout s’adapte. Récemment Picsou Magazine ainsi que le Journal de Mickey et toutes les autres publications associées à ces personnages ont été rachetés par le groupe Unique Heritage Media à Disney Hachette Presse avec on l’espère aucune incidence sur la qualité des publications dédiés au plus grincheux des canards.

Liens utiles :

Le site https://inducks.org/ qui est une base de données qui recense tous les comics Disney publiés dans le monde.

Cette vidéo dédié à l’histoire de Picsou Magazine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s