Inception/Matrix où comment expliquer les règles d’un monde.

Raconter une histoire qui puisse toucher le grand public n’est pas à la portée de tout le monde. Difficile de prévoir quels seront les films qui vont toucher le public et susciter un véritable engouement. Si Inception a tout de même profité de la popularité du réalisateur Christopher Nolan, Matrix a lui été un véritable succès surprise et un vrai phénomène. Pourtant ces deux films proposent un univers et un scénario à première vue  »compliqué » et peu accessible. Analysons comment ces deux films n’ont laissé aucun spectateur sur le carreau.

 

Ouvrir son récit

Tout d’abord , notons que les deux films s’ouvrent avec une première séquence à la fois époustouflante et mystérieuse qui donne pour chaque film un aperçu de l’univers et de ses spécificités sans pour autant en donner les clés. Matrix nous montre d’abord le personnage de Trinity en bien mauvaise posture et tentant d’échapper à des agents menaçants. Au passage cette séquence nous offre aussi un aperçu du bullet-time qui sera plus tard au cœur d’une scène cruciale.Néanmoins , apparaissent dans cette scène plusieurs éléments clés de l’histoire.

Tout d’abord la présentation du personnage de Trinity, de l’antagoniste en la personne de l’Agent Smith,enfin on devine le statut de mentor de Morpheus. Pour ce qui est des éléments visuels de l’univers, apparaissent déjà le fameux code qui compose la Matrice, l’idée que les téléphones sont une issue de secours ainsi que les capacités surhumaines de certains personnages comme Trinity. Il est même fait mention du personnage de Neo comme potentiel élu. Tout ça en moins de cinq minutes, une preuve supplémentaire du talent des sœurs Wachowski.

22216d_643425c182ea42f7bf32d77f7fa2242f_mv2

Inception s’ouvre aussi avec une scène d’ouverture qui en dit finalement beaucoup du concept et des enjeux du film. Passée une courte scène énigmatique, on enchaîne avec le personnage de Leonardo Dicaprio qui explique (en se faisant passer pour un allié) au personnage de Saito, ce qui va se passer dans cette scène  c’est à dire une extraction d’idées.Les informations que le spectateur obtient sur le concept du film ne sont jamais expliquées clairement par les protagonistes durant cette scène , il glane ainsi des informations en observant les protagonistes en action. Ici le spectateur se cale sur le rythme de Saito, comme lui on découvre progressivement ce qu’il est en train de se passer, d’abord le fait qu’il est dans un rêve, puis qu’il s’agît d’un rêve imbriqué dans un autre.

giphy

D’autres éléments de l’univers sont aussi amenés visuellement lors de cette séquence d’ouverture, notamment le fait que le temps s’écoule différemment une fois dans un rêve où que l’environnement du rêveur influence le rêve. Tous ces éléments seront expliqués plus clairement à un autre moment du film mais ils sont ici amorcés pour faciliter la compréhension et l’acceptation de l’univers par le spectateur. Est aussi présenté durant cette séquence, l’enjeu principal du personnage principal, et le conflit interne qu’il devra régler à travers les apparitions du personnage de Marion Cotillard.

giphy (1)

Le rôle du mentor

Arrivé à un certain point du récit, il faut maintenant expliquer clairement les règles de l’univers au spectateur, et pour ça il faut trouver un personnage qui, à l’image du spectateur ne les connaît pas. Pour Matrix il s’agît de Neo, un personnage dont on a observé le quotidien et à qui l’on peut s’identifier. On assiste à une scène purement didactique entre Neo et son mentor Morpheus. Je parle ici de didactique car Morpheus n’hésite pas à illustrer visuellement ses idées et à mettre Neo en situation à l’intérieur de ces simulations, il alterne entre la théorie et la pratique. Neo anticipe ainsi les questions que pourrait se poser les spectateurs les plus cartésiens. Morpheus assume ici pleinement sa fonction de mentor/professeur et c’est sa capture qui forcera Neo à s’engager dans le combat final.

On retrouve une scène de ce type dans Inception  à un détail près, ici c’est le héros qui fait office de mentor/ professeur. Cette scène arrive au moment où Cobb incarné par Leonardo Dicaprio doit recruter une nouvelle équipe et surtout une nouvelle architecte qui ne connait pas l’univers et ses régles. L’occasion pour le spectateur de repartir de zéro mais aussi de le récompenser pour ce qu’il a déjà compris de l’univers. Tout comme Morpheus, Cobb plonge le personnage d’Ariane incarné par Ellen Page dans le rêve sans l’avertir afin qu’elle accepte cette nouvelle réalité.

22216d_ee5a0c3b840d457c97040a067530c786_mv2

Une structure classique

herosjourney2

Pour aider à la compréhension du spectateur et pour ne jamais le perdre, Inception et Matrix on recourt à des structures simples. Matrix reprend la structure du premier Star Wars et ses étapes clés : le héros dans son monde ordinaire ( Neo à son travail), l’appel de l’aventure ( la première rencontre avec Morpheus) le refus de l’aventure dans un premier temps puis son acceptation pour sauver son mentor, avant de se réaliser soi même en affrontant seul l’antagoniste principal, l’agent Smith. Je précise qu’utiliser une structure classique n’a ici pour moi rien de péjoratif, tout comme l’utilisation d’archétypes, l’enjeu est de savoir dépasser ces archétypes.

giphy (2)

Si Inception comme (presque) tout les films de Christopher Nolan joue avec la temporalité du récit, on retrouve tout de même au cœur de cette structure les codes du film de braquage, d’ailleurs posons-le directement : Inception est un pur film de braquage. Avec sa structure codifiée et ses moments-clés, l’annonce du braquage, le recrutement de l’équipe, la mise en place du braquage, son exécution et ses conséquences selon sa réussite ou son échec. En témoigne notamment  le mélange de frisson et de fierté partagé par l’équipe de Cobb dans l’épilogue du film.

Matrix est devenu un véritable cas d’école en matière d’écriture de scénario tout comme le premier épisode de Star Wars. En actualisant brillamment le schéma narratif théorisé par Joseph Campbell  les sœurs Wachowski se sont assurées l’adhésion des spectateurs à leur univers.  Le talent de narratrices visuelles que sont les sœurs Wachowski font que Matrix est bien plus compliqué à expliquer qu’a regarder. De son coté Nolan a l’intelligence de placer au cœur du film un enjeu émotionnel fort et poignant: le deuil de Cobb. Un enjeu qui contredit l’idée qu’Inception est seulement un film cérébral. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s